Discipline positive

Colère et agressivité, comment gérer ?

Je vous propose ici des pistes pour tenter d’être plus zen avec les colères de votre enfant et d’essayer d’être plus à l’écoute de ses émotions. Ne vous attendez pas à une recette miracle, chaque enfant est différent et chaque adulte répond avec ce qu’il peut à un moment donné. Soyez indulgents avec vous-même.

Souvent la colère ou l’agressivité d’un enfant découle d’une frustration qu’il doit apprendre à gérer. Il est donc important d’essayer au maximum de ne pas mettre son enfant à l’écart mais bien d’entrer en communication avec lui, et tâcher de comprendre ce qu’il vit et cherche à exprimer.

Verbaliser

Verbalisez que vous comprenez son émotion : « je comprends tu es en colère… », l’enfant se sentira alors compris et respecté dans son émotion. Plutôt que de s’énerver contre lui car on ne souhaite pas qu’il soit en colère, nous mettant alors nous même en colère.

L’aider à poser des mots

Ensuite cherchez à le faire verbaliser ce qui le met en colère « expliques moi ». Souvent à ce stade vous découvrirez que la raison de la colère de l’enfant est gérable et qu’une explication permet en général de le calmer. Le simple fait de verbaliser et faire verbaliser permet aussi souvent de calmer la situation.

Chercher une solution ensemble

Si vous le pouvez répondez à la demande de votre enfant, si vous ne le pouvez pas et que la source de sa colère découle d’autre chose invitez l’enfant à trouver une solution pour extérioriser ou canaliser sa colère : aller crier dehors, aller courir dans le jardin, pleurer, …etc. Faites lui des propositions. Cherchez à amener l’enfant à prendre conscience de son état et l’inviter à trouver la solution qui lui convient pour s’apaiser, extérioriser.

Je vous invite aussi à expliquer à votre enfant que la communication par la colère et les cris ne mènent à rien. Si vous cédez face à ses cris alors intuitivement l’enfant utilisera à nouveau ce système pour obtenir ce qu’il veut. Si cependant face à la colère, vous décidez de ne pas céder, l’enfant sera obligé de trouver un autre moyen de communiquer. 

La violence physique

Face a la violence et à l’agressivité, essayez d’adopter une attitude très ferme. La violence n’est pas acceptable dans la société, et nous cherchons à nous préserver des personnes violentes, expliquez cela à l’enfant. Je vous suggère d’arrêter immédiatement un acte violent. Invitez-le ensuite à mettre des mots sur ce qu’il vit.

La plupart du temps, un enfant agresse car il s’est senti agressé et manque de vocabulaire et de solutions pour se protéger. Essayez de demander d’abord à l’enfant ce qu’il se passe : « tu as l’air en colère, que s’est-il passé ? ». Si l’enfant agresse parce qu’il a été agressé par un autre communiquez entre les deux enfants : « tu vois il n’a pas aimé quand tu as fait ça, quant à toi lorsque tu n’as pas envie exprimes le avec des mots ou quitte la pièce mais ne blesse pas ».

Lorsque la violence se répète et que l’enfant agresse sans raisons apparentes et de manière régulière je vous propose de chercher ailleurs. Un enfant qui se montre violent dans le cadre de l’école peut chercher à nous dire différentes choses.
Essayez de toujours être dans la posture de chercher à comprendre, l’enfant cherche à communiquer quelque chose, il a besoin de vous. Je vous invite à ne pas vous arrêter à l’idée que c’est un enfant violent.

Les différentes causes de la violence d’un jeune enfant à l’école :

  • L’enfant n’est pas prêt, trop jeune pour l’école, être à temps plein dans un lieu collectif est violent pour lui. Vous pouvez réfléchir avec les parents à un temps partiel, discuter avec l’enfant de la situation (même s’il est très jeune !) il sait ce qu’il fait il est en mesure de comprendre.
  • L’enfant se sent mal à cause d’une problématique de santé, une problématique familiale, une angoisse, peut-être vit-il des changements profonds qu’il n’arrive pas à comprendre et cherche l’attention par l’agressivité. Prenez donc dans ce cas la peine de lui montrer que vous comprenez, que vous entendez, que vous allez l’aider mais qu’il n’obtiendra rien par la violence.
  • L’enfant n’a que peu de cadre à la maison, le cadre à l’école est peut-être plus sécurisant et il cherche à vérifier jusqu’où l’adulte est capable de tenir, d’être patient et aimant. L’enfant à besoin de vous, de se sentir rassuré. Ne le laissez pas tomber, chercher les causes en rencontrant la famille, discutant avec l’enfant.

Cette liste peut évidemment être complétée !

A la maison, l’enfant peut se montrer agressif avec son frère ou sa sœur, ou avec vous. Selon moi on ne devrait jamais accepter la violence, le moindre geste. Je vous suggère de vous opposer à la violence de manière ferme mais aimante.

 

Dans le cas de figure où un enfant serait violent ou dans une grande colère, le punir ou le mettre de côté revient à ignorer ce qu’il vit au plus profond de lui. L’enfant peut vivre cela comme un manque d’intérêt, un rejet de la part de l’adulte. L’agressivité et la violence sont des appels à l’aide de la part des enfants, soyez-y attentifs. Essayez de ne jamais enfermer un enfant dans une case de « violent », cherchez à l’aider.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *