La pédagogie Montessori

Montessori à la maison : par où commencer ?

Avant toute chose, précisons qu’aménager sa maison selon les principes Montessori ne signifie pas faire l’école à la maison, ni acheter du matériel éducatif Montessori. Il s’agit plutôt de penser l’espace pour votre enfant, en intégrant son point de vue à lui, ses besoins et ses capacités afin de lui permettre de développer son autonomie. Lorsque Maria Montessori nous dit qu’il faut aider l’enfant à « faire seul » elle nous invite justement à le laisser agir par lui-même afin de construire sa personne, ses capacités et son estime de soi. Permettre à l’enfant d’être autonome va lui permettre de se laisser guider par ce que Maria Montessori nomme les périodes sensibles. Il pourra alors répondre à son besoin d’apprendre en manipulant et en agissant sur son milieu.

« L’enfant a un esprit capable d’absorber la connaissance. Il a le pouvoir de s’instruire tout seul. »

Maria Montessori

Afin que l’enfant puisse agir librement dans son milieu, il faut que celui-ci soit pensé pour lui.

« Il ne s’agit pas d’abandonner l’enfant à lui même pour qu’il fasse ce qu’il veut mais de lui préparer un milieu où il puisse agir librement. »

Maria Montessori


La posture de l’adulte

Repenser l’environnement c’est d’abord avoir conscience que l’adulte lui-même fait partie de cet environnement. Il vous faudra prendre un temps d’introspection sur vos comportements car, rappelons-le, l’enfant imite les comportements qu’il observe. Il vous faudra aussi réfléchir à votre approche éducative, à votre vision de l’enfant et votre manière de l’accompagner.

Un milieu adapté à la taille et à la force de l’enfant

L’idée est que l’enfant se sente inclus dans la famille et les rôles familiaux. Il nous faut penser l’environnement selon sa perspective, ne pas avoir peur de se baisser à sa hauteur pour voir ce qu’il voit et ce qui est à sa portée ou non. Nous essayerons de créer un espace dans lequel il peut agir seul.

Lorsque Maria Montessori a commencé à travailler avec les enfants elle a d’abord mis le mobilier à leur échelle (c’est-à-dire adapté à leur force et à leur taille).  Ils étaient ainsi capables d’atteindre les objets dont ils avaient besoin, de s’occuper d’eux-mêmes sans l’aide d’une tierce personne.

Par exemple, vous pouvez trouver une petite table et une petite chaise qui permettront à l’enfant d’avoir un lieu à sa taille où s’installer mais aussi adapté à sa force et qu’il peut porter et déplacer à sa guise. Il en est de même pour tous les autres objets : étagères à hauteur, balai, pichet d’eau, etc.

Organiser son temps

Si vous voulez réellement que votre enfant puisse exercer sa propre volonté sur l’environnement et être autonome dans les différentes tâches, je vous invite à vous organiser pour lui offrir la possibilité et le temps d’être autonome. Que vous soyez en congé parental et disponible pour votre enfant ou que vous ayez un horaire serré parce que vous avez plusieurs enfants à déposer à l’école avant d’aller vous-même au travail : tout est question d’organisation. Plus l’enfant aura eu l’opportunité d’être autonome, plus vous gagnerez de temps car il aura pris l’habitude de réaliser sa routine matinale seul (ou presque).

Prenez le temps la veille d’installer, avec votre enfant, ses vêtements pour le lendemain ; montrez-lui où sont ses souliers, préparez sa brosse à dent à portée de main, disposez l’essentiel pour son petit déjeuner, etc.

Réfléchissez à une heure de lever qui lui permettra de réaliser sa routine calmement. L’idée est d’offrir à l’enfant suffisamment de temps pour lui donner l’opportunité d’être indépendant. Cela demande une préparation en amont, ainsi que suffisamment de temps le matin pour lui permettre de réaliser sa routine en toute autonomie.

Je vous partage ici un outil que j’aime beaucoup, que l’on peut utiliser avec son enfant dès 2 ans et facilement jusqu’à 12 ans et plus : Le Time-Timer. Il permet à l’enfant de se représenter une heure et de voir le temps s’écouler petit à petit (sans bruit). Je vous invite à lui donner un temps défini pour réaliser sa routine matinale, ainsi il apprendra doucement à gérer son temps.

L’habillage

Avant 6 mois

Votre bébé n’aime pas le froid et son corps est en difficulté pour autoréguler sa température. Pensez donc à faire durer le moins possible le changement de vêtement et expliquez-lui chaque étape : je mets ton bras gauche dans la manche, puis je vais passer ta tête dans le pull, etc.

Vous pouvez tout à fait verbaliser à votre bébé que vous comprenez qu’il a froid et que vous allez vous dépêcher. N’ayez pas peur de vous ridiculiser en lui parlant, cela crée du lien et votre bébé enrichit ainsi petit à petit son vocabulaire.

Dès 6 mois

Votre enfant va commencer à se retourner, tenir en position assise. Vous pouvez très tôt mettre en place un espace « vêtements » avec ses affaires rangées de manière très précise. Doucement, montrez-lui où sont les choses et nommez-les tout en montrant les parties du corps associées. Même s’il n’est pas encore en mesure de prendre les vêtements par lui-même ou de s’habiller seul, impliquez-le autant que possible. Ainsi, lorsqu’il aura l’âge de se tenir debout et de se mouvoir seul, il saura déjà où se situent les vêtements dont il a besoin.

La propreté

Lorsque vous sentez votre enfant prêt, pensez à l’encourager à la propreté en lui mettant des couches lavables (pour qu’il sente lorsqu’il est mouillé) ou alors à le laisser sans protection. Il est alors judicieux de placer un pot dans la salle de bain ou les toilettes pour qu’il ait la possibilité de l’utiliser si besoin. Si l’enfant porte constamment des protections qui l’empêchent de sentir lorsqu’il est mouillé, il aura tendance à moins ressentir le besoin d’aller vers le pot ou les toilettes.

Le coucher

Pour aider votre enfant à aller dormir facilement et seul, à partir de 6 mois, vous pouvez établir une routine précise.

Par exemple prendre le bain, lire une histoire ou chanter une chanson avant de dormir.

Il n’est pas évident pour un jeune enfant d’acquérir la notion du temps. C’est seulement vers 5 – 6 ans qu’il commencera à mieux la comprendre. Plus il aura été habitué à une routine et à un rythme, plus il sera à même de se repérer dans le temps. Une heure n’a pas particulièrement de sens pour un enfant, ce qu’il repère ce sont les étapes qui conduisent à un but.
Par exemple il sait qu’avant de dormir il y aura : le repas, le bain, le brossage de dents, une histoire, puis il dormira. Cette routine claire et précise le préparera de manière inconsciente au sommeil. Elle est très importante car elle lui permet de savoir quand on fait quoi et ainsi de se repérer dans le temps.

Pour que votre enfant puisse aller se reposer lorsqu’il en ressent le besoin pensez à installer pour lui un lit au sol. Ce lit, accessible à tout moment par l’enfant, lui permettra d’aller se coucher seul et de se lever lorsqu’il est réveillé sans avoir besoin de vous appeler.

Les repas

Même si votre enfant ne mange pas à la même heure que vous, prenez l’habitude de l’assoir à table avec vous. Ainsi il se sentira inclus dans la vie de famille et cela lui permettra de comprendre le rituel du repas. Dès que vous commencerez la diversification alimentaire, invitez-le à manger avec ses doigts puis, petit à petit, avec des ustensiles. N’ayez pas peur, dès 6 mois, de donner un verre pour boire à votre enfant. Idéalement un verre cassable, mais adaptez cela à votre propre limite. Remplissez-le très peu et laissez votre enfant s’entraîner à boire avec. Cela encouragera sa motricité et développera son estime de soi.

Soin de l’espace

Permettre à son enfant de manger seul, d’être libre de ses mouvements, tout cela peut faire peur en tant que parent car vous voyez souvent la tâche de nettoyage qui vous attend après ! Pensez donc à mettre à disposition de votre enfant un petit kit d’objets de ménage : balai (à sa taille), éponge, chiffon, produit de nettoyage (savon, vinaigre blanc), etc.
Cela permettra à l’enfant de construire des habiletés importantes et lui donnera la possibilité de nettoyer s’il salit et donc d’être indépendant et responsable.

Un espace pensé pour le mouvement

« La joie d’apprendre est aussi indispensable à l’intelligence que la respiration au coureur. »

Maria Montessori

Avant la marche : intégration du schéma corporel

Pour que votre enfant se voie et comprenne que son corps bouge, il est possible de mettre en place dès la naissance un tapis ou matelas au sol contre un miroir. Cela permet à l’enfant de voir tout son corps et d’intégrer petit à petit son schéma corporel. Lorsqu’il commencera à se tenir assis, vous pourrez ajouter une petite barre à laquelle il pourra se tenir pour se lever et ainsi voir son corps à la verticale. Pensez à ce que votre enfant puisse avoir une vision globale de son corps, qu’il puisse se voir des pieds à la tête.

Une fois que l’enfant marche : stimuler le mouvement

Une fois que votre enfant marche, ses mains ne lui servent plus à se mouvoir : il va donc avoir envie de les utiliser ! Si vous voulez éviter qu’il « touche à tout », laissez à sa disposition des objets exprès pour lui et qu’il peut toucher. Attention, ces petites choses-là doivent être aussi (voire plus !) attirantes que les objets que vous ne voulez pas qu’il utilise.

Trouvez une petite étagère adaptée à la taille de votre enfant où tout est accessible pour lui. Idéalement bien ordonnée, avec différents jeux facilement différenciables. L’ordre invite à l’ordre. Plus cet espace sera joli, propre et ordonné, plus votre enfant sera à même de le conserver ainsi.

L’acquisition de la marche est aussi le moment où votre enfant a envie de participer aux tâches quotidiennes. Vous pouvez donc commencer à penser l’espace pour que cela soit possible. Un simple escabeau ou une marche dans la cuisine peuvent dans un premier temps faire l’affaire. Vous pouvez aussi placer une bassine d’eau sur une table basse et inviter votre enfant à vous aider à faire la vaisselle, etc.

Evidemment un tel aménagement demande un certain temps, une certaine disponibilité, de nouvelles habitudes et un ajustement de la part de chacun, mais sur le long terme cela se révélera bénéfique à tous. Vous serez étonnés de voir tout ce que votre enfant peut et veut faire. Plus il sera impliqué, plus son estime de lui grandira. Un enfant occupé et engagé sera aussi moins à même de présenter des comportements délicats à gérer.

Pouvoir prendre soin de soi

Pensez à tout ce dont vous avez besoin, en tant qu’adultes, au cours d’une journée : mouchoirs, verre d’eau, etc. Cela vous aidera à penser l’espace pour que votre enfant puisse être autonome dans ces quelques gestes du quotidien. Pouvoir moucher son nez seul lorsque l’on en a besoin tient d’ailleurs plus de la dignité humaine que de quoi que ce soit d’autre. Pensez à mettre à la hauteur de votre enfant un petit miroir pour qu’il ait la possibilité de voir si son visage est sale et, pourquoi pas, de disposer à côté des lingettes et de l’eau pour qu’il puisse prendre soin de lui seul lorsqu’il en ressent le besoin.

La sécurité

Souvent, lorsque l’on parle de laisser une plus grande liberté de mouvement à notre enfant, se pose la question de la sécurité. A ce sujet je pense qu’il est important que chaque parent pose sa propre limite.

Il reste important de noter que l’enfant à qui l’on donne de vrais objets, cassables et coupants par exemple, se montrera plus concentré et attentif lorsqu’il les utilisera. Il développera également une plus grande estime de lui en voyant que vous lui faites confiance et que vous lui donnez la possibilité de manipuler les mêmes objets que vous et que les autres membres de la famille.

Que retenir ?

L’idée à retenir lorsque l’on aménage sa maison selon les principes Montessori est de se mettre à la place de son enfant et de rendre accessible tout ce qui est nécessaire à son autonomie.

Certains parents voient parfois ce type de mise en place comme du « trop » d’autonomie. Ils insistent sur le fait que l’enfant a besoin de son parent et du lien avec celui-ci pour se construire. Cela est vrai. En effet, il peut arriver parfois à votre enfant de vous demander, même s’il en est capable, de lui mettre ses chaussures, de l’habiller, de lui laver le visage. Cela tient plus du besoin d’attention et d’un temps privilégié avec son parent que d’une dépendance vis-à-vis de ce dernier. Dans ce cas là n’hésitez pas, de temps à temps, à faire avec lui et à vous montrer disponible pour lui. N’oublions pas que l’être humain se construit dans l’indépendance et gagne en estime de lui dès lors qu’il est capable de s’occuper lui-même de ses besoins. Mettre l’accent sur l’autonomie ne revient pas à abandonner l’enfant à lui-même mais bien à lui offrir l’opportunité de faire seul ce qu’il peut.

« N’aidez jamais un enfant à faire une tâche qu’il se sent capable d’accomplir seul. »

Maria Montessori


Conseils personnalisés :

Vous souhaitez bénéficier de conseils personnalisés pour aménager votre maison selon les principes Montessori mais ne savez pas comment vous y prendre ? Je vous propose de me déplacer chez vous pour vous accompagner dans votre démarche. Pour ceux qui souhaiteraient des conseils à distance cela est possible en ligne. N’hésitez pas à consulter la page événement ou à me contacter directement !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Vous souhaitez :

  • Recevoir nos outils GRATUITS
  • Etre informé de la parution de nos nouveaux articles
  • Connaître les dates de nos prochains événements
Holler Box