Discipline positive

La culpabilité parentale

Avant d’être parent, nous avons parfois une idée de ce que nous voudrions ou non pour nos enfants. Qu’il s’agisse d’éducation, de nutrition ou de tout autre sujet, chacun projette son idéal familial. Cependant, lorsqu’un enfant arrive dans notre vie, il n’est souvent pas le seul paramètre à prendre en compte: garder une vie active, pouvoir se reposer et prendre du temps pour soi, préparer le repas, entretenir la maison, payer les factures, entretenir la relation avec son conjoint, gérer les comportements de notre enfant que nous ne comprenons pas toujours, choisir une école, une nounou, etc.

Les belles idées ou projets que nous avions peuvent donc facilement passer au second plan de choses qui semblent plus « urgentes ». Aussi, il est fréquent que notre entourage nous donne son avis concernant notre attitude vis-à-vis de nos enfants ou de notre mode d’éducation.

« Tu le laisse trop faire »
« Tu es trop autoritaire »
«Il n’est pas encore couché ?! » 
« Tu vas le laisser partir sans qu’il ait fini son assiette ?! »
 …etc.

Que ce soit nos parents, amis ou même des inconnus dans la rue, il n’est jamais agréable de se sentir remis en question dans sa place de parent par une tierce personne. L’attitude de notre entourage, les images véhiculées par la société, la confrontation avec le réel de notre quotidien et tous les compromis que cela implique, viennent alors mettre à mal notre idéal parental. Nous pouvons nous en vouloir de ne pas être en toutes circonstances ce parent patient et bienveillant auquel nous aspirons. C’est donc de culpabilité parentale dont je vais vous parler aujourd’hui, car le rôle de parent n’est pas inné. Il s’apprend, pas à pas, avec chacun de ses enfants.

« Chaque parent vient au monde en même temps que son premier enfant »

Ernst Kramer

S’informer : un premier pas

Avoir conscience qu’il existe d’autres manières de communiquer et de faire, essayer de s’informer pour accompagner son enfant autrement, comprendre la place de l’enfant dans la société et veiller à ce qu’il se développe au mieux, c’est déjà un acte en soi.

Le doute et le questionnement, même s’ils sont inconfortables, ne sont pas de mauvaises choses. Ils sont nourrissants, vous permettent d’avancer, de découvrir mais aussi de mieux vous connaître vous-mêmes.

Le cheminement vers une éducation bienveillante est un long processus personnel. En couple et même en famille avec vos enfants, chacun doit trouver une nouvelle place et s’adapter dans cet équilibre qui change. Il y a donc une notion de temporalité. Prendre conscience que vous souhaitez fonctionner autrement est déjà un pas en soi. Soyez donc indulgent envers vous-même et prenez le temps de repenser à vos réactions en vous demandant : « Aurais-je pu répondre différemment ? Comment ? ».

Faire preuve de bienveillance envers soi

Bien qu’il y ait différents courants éducatifs proposés aujourd’hui nous invitant à voir l’enfant autrement, il est important de rester indulgent avec soi-même sur nos pratiques éducatives.  

Il ne s’agit pas de lire ces articles ou livres dans le but d’obtenir la « recette de la parentalité parfaite » mais bien de s’en inspirer, de prendre ce qui vous parle, ce qui fait sens pour vous et de cheminer petit à petit avec ce que vous êtes et ce que vous souhaitez pour vous-mêmes ainsi que pour votre enfant.

Comme dit dans l’article sur la pédagogie positive, le mot ‘positif’ est douloureux pour les parents car il insinue qu’à l’opposé si on ne l’applique pas, c’est que nous avons une posture négative. Il est important de noter que chacun souhaite le meilleur pour son enfant et c’est bien pour cela que naît parfois ce sentiment de culpabilité. Nous avons peur de ne pas donner le meilleur à notre enfant, nous avons peur de mal agir sur l’être en devenir qu’il est et de le blesser.

Il est donc important, lorsque l’on se sent impuissant face au comportement de notre enfant, ou lorsque l’on sent de la culpabilité ou du regret face à un comportement que l’on vient d’avoir, de faire preuve de bienveillance et d’indulgence envers soi pour ensuite réfléchir à comment nous voudrions réagir la prochaine fois.

Lâcher prise !

Je rencontre parfois des parents qui aimeraient bien avoir le temps de rester avec leurs enfants certaines matinées de la semaine et passer plus de temps avec eux. Cependant, face à la réalité de leur budget familial, ils doivent aller travailler et ne sont pas en mesure d’accorder autant de temps à l’éducation de leurs enfants que ce qu’ils voudraient.

Parfois, ce sont des parents pour qui l’alimentation est une chose très importante et qui se sentent très coupables lorsqu’ils n’ont pas le temps un soir de réaliser un repas sain pour leurs enfants car ils sont épuisés, ou ont un autre souci les empêchant de répondre à cela à ce moment donné. Dans ce cas là, à vous de trouver l’équilibre qui vous convient au mieux (à vous ainsi qu’à votre famille) en acceptant de faire des concessions.

J’ai rencontré un jour une famille qui souhaitait que leurs enfants soient scolarisés dans une école alternative. Cette école était si loin de leur domicile les enfants passaient deux heures dans les transports chaque jours. Les parents se rendaient compte que cette réalité mettait toute la famille dans une situation inconfortable et, à la longue, épuisante. Ils ont alors décidé de trouver une autre école, plus proche de chez eux et qui correspondait aussi à leurs valeurs. Ce n’était pas leur idéal premier, mais cela leur a permis de retrouver un équilibre.

Il est important de lâcher prise sur certaines choses et de peser le pour et le contre de toute situation. Dans l’exemple de l’école alternative, la famille a finalement été beaucoup plus paisible de réduire ses transports.

Il faut accepter de ne pas pouvoir cocher toutes les cases de notre liste du « parent parfait » et de « l’éducation parfaite ». Il existe des petites choses que l’on peut modifier, repenser, pour améliorer le quotidien et d’autres sur lesquelles il faut accepter de faire des concessions.

Cela ne fait pas de vous un meilleur ou moins bon parent.

Oser se tromper

Précisons un point important, ce n’est pas avec quelques « erreurs » que vous allez gâcher l’avenir de votre enfant pour toujours. Il vous arrivera sans doute de perdre patience, de répondre d’une manière peut être moins bienveillante que ce que vous souhaiteriez, etc.

L’éducation positive ne met pas l’enfant au premier plan mais vise à mettre l’enfant (et ses besoins) au même niveau que celui du parent. Pensez donc aussi à ne pas vous oublier. Mettre des limites à son enfant avec bienveillance c’est faire preuve d’amour pour lui mais aussi pour soi. Respectez aussi vos besoins et vos envies tout en les conciliants avec ceux de votre enfant.

Vous ne lui éviterez pas de vivre des frustrations ou parfois même des déceptions. Vous ne l’empêcherez pas de traverser des colères, tout comme parfois vous serez, vous aussi, submergés par vos propres émotions.

Si vous ne vous sentez pas bien après une réaction que vous avez eu envers votre enfant (par exemple crier, le punir, etc.) rien ne vous empêche de lui présenter des excuses.

On entend parfois des réticences de la part de parents à s’excuser auprès de leur enfant. On craint que celui-ci nous manipule ensuite, que cela « sape notre autorité ». Or si l’on fait référence à l’article sur les crises, vous verrez que les jeunes enfants ne sont pas en mesure de « manipuler ». De plus, le fait de vous voir vous excuser l’invitera à prendre conscience que lorsque l’on a fait une erreur on a la possibilité de la « corriger » si l’on s’en rend compte.

Vous donnez donc aussi un exemple concret à votre enfant quant au fait de reconnaître ses erreurs mais vous renforcez aussi considérablement le lien de confiance qui existe entre vous. Oser se tromper et le reconnaître permettra aussi à l’enfant de voir que l’on a le droit de faire des erreurs.

Pas de « parents parfaits »

Je voudrais insister sur le fait qu’il n’existe pas de parent parfait. Lorsque vous lisez un blog (même celui-ci) ou un ouvrage sur manière de réagir envers vos enfants de manière positive et bienveillante vous êtes face à une série d’outils que vous pouvez vous approprier et apprendre à utiliser, que vous pouvez aussi tester pour les adapter à votre réalité.

Tous les parents passent par des phases de doute, de questionnement, réalisent que certaines réactions n’étaient pas les bonnes, etc. Il est important de savoir que vous n’êtes pas seuls dans ce cas.

Être parent n’est pas quelque chose d’inné, c’est une fonction qui nous arrive de manière assez rapide sans qu’on sache forcément à quoi s’attendre. C’est un apprentissage permanent qui implique des essais et des erreurs tout au long de sa vie. Il s’agit donc de se positionner dans la place d’un apprenant et d’essayer différentes stratégies. Vous apprendrez au rythme qui est le votre et en accompagnant votre enfant dans les âges de sa vie, petit à petit, avec lui. Pour chaque enfant cet apprentissage recommencera, car chacun est différent et répond différemment avec ce qu’il est. Prenez donc le temps de vous découvrir tout en les découvrant, je vous invite à avoir confiance en eux et en vous pour grandir ensemble.

«La vraie éducation est une tâche mutuelle qui exige de la patience, de la considération et de la bienveillance»

Krishnamurti

Faire confiance à son enfant pour s’adapte

N’ayez pas peur de faire des erreurs ou de parfois avoir des doutes quant aux réponses à donner à votre enfant. Quoi que vous fassiez votre enfant vous aimera pour la sécurité et l’écoute que vous lui procurez. Ayez confiance en lui pour qu’il s’adapte et qu’il apprenne à faire face à la vie et au monde qui l’entoure.

L’objectif justement des cafés des parents est de vous offrir un espace où vous pourrez trouver non seulement des outils pour essayer d’améliorer votre rapport à votre enfant mais aussi où vous pourrez partager et entendre que vous n’êtes pas seuls face à vos questions et vos doutes.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Vous souhaitez :

  • Recevoir nos outils GRATUITS
  • Etre informé de la parution de nos nouveaux articles
  • Connaître les dates de nos prochains événements
Holler Box